Vers un exercice effectif de l’autorité parentale conjointe

par | Août 23, 2022 | 0 commentaires

Trop souvent le conflit parental empêche un exercice effectif de l’autorité parentale conjointe.

Trop souvent les juges se retrouvent impuissants à débloquer la situation, le rappel de la loi qui confère une autorité parentale conjointe aux parents séparés étant insuffisant pour la rendre effective.

Si les enfants sont les premières victimes de cette absence de cohésion parentale liée au conflit, chacun des parents peut également être mis à mal par ces décisions non concertées. Décider seul est une lourde responsabilité pouvant engendrer, avec la prise en charge au quotidien, du stress et de l’épuisement physique et émotionnel (Burn out). Ne pouvoir décider peut générer frustration, sentiment d’impuissance et d’injustice, source de stress, de tension, voir de dépression. Toutes ces émotions alimentent la spirale du conflit.

Alors que faire, si la loi et la justice sont impuissantes ?

La médiation familiale peut-elle être une voie ?

Oui, nous pensons que la médiation familiale peut aider à la reprise d’un dialogue constructif entre parents et un exercice effectif de l’autorité parentale conjointe pour permettre à chacun des parents d’avoir une place auprès de ses enfants et de décider de ce qui les concerne.

Parce que l’amour que les parents ont pour leurs enfants peut déplacer des montagnes.

Parce que les parents sont les mieux placés pour décider pour leurs enfants et qu’ils sont les principaux acteurs de la médiation familiale.

Dans l’espace neutre et confidentiel qu’ouvre la médiation, ils peuvent, accompagnés par un médiateur familial diplômé d’Etat, qualifié et à l’écoute, retrouver un dialogue plus apaisé pour échanger sur les difficultés qu’ils rencontrent et prendre des décisions en concertation pour leurs enfants.

En cette veille de rentrée scolaire, peuvent se décider le choix des activités sportives ou artistiques, la participation aux frais afférents aux enfants, l’organisation de l’accompagnement scolaire et extra scolaire et des liens avec les professionnels…

Plus généralement, les parents peuvent échanger et prendre de petites ou grandes décisions sur tous les sujets concernant leurs responsabilités parentales s’agissant de l’éducation mais aussi de la santé, de la sécurité et de la moralité de leurs enfants.

Ils peuvent encore confronter leurs points de vue sur leur manière de concevoir l’autorité sur leurs enfants.

Et d’ailleurs, au delà des idées que chacun peut avoir sur tel ou tel sujet et des décisions que chacun souhaite prendre pour ses enfants, c’est bien souvent la manière de concevoir cette autorité à l’égard des enfants et de l’exercer qui fait conflit.

Les parents ne sont pas les seuls à se questionner sur la notion d’autorité et s’en méfier.

L’autorité, aujourd’hui, fait peur. Comme l’exprime Claude Halmos dans son livre à destination des parents, L’autorité expliquée aux parents aux Editions NIL, les parents s’imaginent parfois qu’elle ne peut être différente de celle qu’ils ont connue, “un instrument destiné à soumettre l’enfant au pouvoir des adultes. Et susceptible de ce fait de porter atteinte à sa liberté, sa personnalité et à sa créativité.”

C’est souvent là que se niche le conflit parental, parce que l’autorité dérange et que chaque parent s’interroge sur la meilleure manière de l’exercer à l’égard de ses enfants.

Dans Réinventer l’autorité, Jean-Pierre Lebrun et Alain Eraly nous livrent un dialogue très instructif publié par les éditions Erès. Ils nous interpellent sur le fait que dans notre société de l’autonomie, paradoxalement “les gens n’ont jamais éprouvé une telle impuissance collective”. L’autorité est devenue un exercice “incroyablement solitaire” et “impopulaire”. Ces auteurs s’inquiètent de la déflexion de notre société, la définissant comme “la peur d’exercer l’autorité, peur d’occuper la place d’exception, de jouer le rôle et d’assumer la responsabilité du collectif”.

Ces auteurs nous aident à différencier des notions telles que l’autorité, la domination, la coercition car il nous faut réinventer l’autorité qui, “dans une société démocratique, conditionne l’existence même de la famille en tant que communauté d’éducation, d’égal respect, d’équité, de bienveillance, d’empathie, de discussion raisonnée, d’ouverture au monde et de construction de l’autonomie comme contrôle réflexif de soi à partir des autres. Rien de tout cela, pas plus le langage que les valeurs et le monde commun, n’émerge spontanément en laissant les enfants puiser librement dans leurs fonds propres !”

Ils expriment très justement qu'”en réduisant l’autorité à ses abus, nous finissons par méconnaître le fait qu’en perdant l’autorité, nous perdons en même temps l’instance qui instaure des limites à la liberté de chacun d’exercer une violence sur ses semblables – donc aussi l’instance qui assure l’apprentissage affectif et cognitif de l’auto-limitation”.

Il n’est donc pas surprenant que les parents eux même soient dans le flou et s’interrogent sur la meilleure manière d’exercer leur autorité sur leurs enfants.

Les parents sont à même de définir les contours d’une nouvelle autorité.

Et cette autorité, comme l’exprime Claude Halmos, “non seulement ne détruit pas les enfants mais constitue le point d’appui essentiel de leur développement et de leur épanouissement.”

Nous savons aujourd’hui que les enfants privés d’autorité sont davantage sujets à la dépression, aux conduites addictives et à l’anorexie.

Aussi ces questions, quelle autorité construire entre parents ? et comment l’exercer ? sont bien des questions fondamentales que les parents peuvent aborder en médiation pour construire l’avenir de leurs enfants.

Ne baissons pas les bras à transmettre les valeurs qui nous sont chères à nos enfants pour qu’ils deviennent demain des adultes bien dans leurs peaux et responsables!

Parce que nous transmettons davantage par ce que l’on fait que ce que l’on dit, la médiation permet de passer à l’action en conscience et responsabilité.

Une question, un commentaire, n’hésitez pas à vous exprimer, nous sommes là en tant que médiateur familial pour vous aider!

Pour plus d’informations sur la médiation familiale : laetitiajoly.fr

Ecrit par Laetitia Joly

Depuis 2012, Laetitia Joly a accompagné plus de 500 médiations dans le domaine civil et familial.

Articles récents

Osons la médiation!

Osons la médiation!

La médiation se fonde sur l’autonomie et la responsabilité des personnes et part du principe que les personnes soutenues par un professionnel à l’écoute, indépendant et impartial, sont les mieux à même pour trouver une solution adaptée à leurs difficultés et la mettre en œuvre.

C’est la posture particulière du médiateur qui fait l’efficacité de la démarche, une posture de tiers neutre, indépendant et impartial.

Formation Anticiper ou accompagner la perte d’autonomie

Formation Anticiper ou accompagner la perte d’autonomie

Cette formation s’adresse aux médiateurs diplômés (DU, DEMF), intéressés par le contexte de la perte d’autonomie. Elle vise à apporter aux médiateurs un éclairage systémique, sociologique, psychologique, médical, juridique et contextuel. Elle aide les médiateurs à se positionner en tant que tiers professionnel dans le champ du vieillissement, du handicap et de la maladie en adaptant le cadre et le processus de médiation. Cette formation s’appuie sur l’étude de différentes situations familiales et institutionnelles, et l’utilisation d’outils spécifiques. Elle permet de réfléchir à la mise en œuvre de partenariats pour développer les médiations dans ce contexte de vulnérabilité.

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LMJ Médiation